Cancer digestif

Comment diagnostiquer un cancer digestif ?

Les cancers digestifs comprennent une série de tumeurs qui touchent l’appareil digestif. Parmi les plus fréquentes, on trouve les tumeurs de l’intestin (côlon et rectum), de l’estomac, du foie, du pancréas et de l’œsophage. Lorsque nous parlons de cancer digestif, nous faisons implicitement référence à un ensemble de tumeurs malignes qui interfèrent fortement avec la qualité de vie des patients et qui ont un taux de mortalité très élevé. Toutefois, même dans les situations où les cancers de l’appareil digestif ne sont pas complètement évitables, leur diagnostic précoce se traduit par un pronostic bien meilleur. Cela dit, comment diagnostique-t-on les cancers digestifs ?

Diagnostic des cancers de l’intestin

L’un des principaux avantages du cancer du côlon est qu’il est l’un des rares types de cancers qui peuvent être diagnostiqués avant que le patient ne présente des symptômes, et même avant que les polypes ne deviennent des cancers. Le test de dépistage le plus fiable est un test de recherche de sang occulte dans les selles. Si le résultat est positif, une coloscopie sera effectuée pour déterminer la source du saignement. Le cancer du rectum est généralement diagnostiqué lors d’un test pour détecter la cause d’un saignement rectal ou d’une anémie ferriprive. La coloscopie est le plus précis de ces tests.

Cancer digestif
Un cancer digestif touche un ou plusieurs organes du système digestif. Pour le diagnostiquer, le médecin spécialiste peut se servir de plusieurs analyses et examens médicaux. Par exemple, il utilise une coloscopie pour déterminer un cancer de l’intestin.

Identifier un cancer de l’estomac

Le principal examen permettant de diagnostiquer les tumeurs malignes de l’estomac est l’endoscopie digestive haute, suivie d’une biopsie et d’un examen pathologique. Pour la plupart des cancers, la biopsie est moyen le plus sûr de savoir si une partie du corps est atteinte de cancer. Lors d’une biopsie, le médecin prélève un petit échantillon de tissu pour le tester en laboratoire. D’autres tests sont également importants pour évaluer l’étendue du cancer de l’estomac. Ce sont l’échographie endoscopique, la tomographie numérique et l’imagerie par résonance magnétique.

Établir le diagnostic du cancer du foie

La première étape pour diagnostiquer le cancer du foie consiste à obtenir le plus d’informations possible sur les symptômes présentés par le patient. Ensuite, le spécialiste effectuera un examen physique afin de détecter les signes de cancer du foie dans l’abdomen, la peau et le globe oculaire du patient. Si le médecin estime qu’il existe un risque de cancer du foie, une série de tests sera effectuée pour diagnostiquer plus précisément le problème. Ceux-ci comprennent l’échographie, l’imagerie par rayon X, la tomodensitométrie, l’IRM et l’angiographie (examen des vaisseaux sanguins).

Diagnostic du cancer du pancréas

Les méthodes traditionnelles de recherche diagnostique sont l’échographie et la tomodensitométrie. Ces méthodes permettent de visualiser non seulement la prévalence de la masse tumorale primaire, mais également d’évaluer la présence de métastases. En outre, les méthodes de radiographie sont utilisées selon les indications. À des fins de diagnostic, une laparotomie suivie d’une biopsie peut être utilisée.

Comment reconnaître un cancer de l’œsophage ?

En cas de suspicion d’un cancer de l’œsophage, le médecin ordonnera une endoscopie, un examen consistant à introduire dans l’œsophage un tube flexible muni d’une caméra. Si des signes de cancer apparaissent après cet examen, une biopsie sera nécessaire. Le médecin utilisera un appareil spécial pour prélever un échantillon de tissu suspect. Pour déterminer la magnitude du cancer, le médecin peut vous recommander des tests supplémentaires. Ces examens peuvent inclure le scanner, l’imagerie par résonance magnétique, la scintigraphie osseuse et une radiographie thoracique.

Diagnostic du cancer anal

Pour aider à diagnostiquer cette maladie, le médecin effectuera un examen rectal et une anoscopie. Votre médecin pourra également prescrire une IRM, une tomodensitométrie ou une échographie endoanale. Parmi les tests permettant de déterminer le stade auquel se trouve le cancer, on compte l’échographie de la partie extérieure du pelvis et de l’intestin, l’IRM du pelvis, une échographie ou la tomodensitométrie de la partie supérieure de l’abdomen, ainsi que la radiographie pulmonaire.

Les avantages du diagnostic précoce d’un cancer digestif

Les cancers de l’œsophage, de l’estomac, du côlon et du rectum, font partie des cancers les plus fréquents. Malgré les efforts visant à améliorer les traitements, le pronostic reste toujours très médiocre lorsque les cancers digestifs sont à un stade avancé. Le diagnostic précoce de ces cancers avant qu’ils ne se propagent à d’autres organes reste la meilleure arme. Il permet un traitement local définitif et d’excellents taux de survie. Le dépistage précoce est devenu l’un des objectifs majeurs de la recherche sur les cancers digestifs depuis de nombreuses années. Les méthodes de détection précoce actuellement disponibles ont ainsi permis de réduire considérablement le fardeau de ce type de cancer dans la population. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *