Législation CBD

Législation CBD : quel est le point de vue du monde de la santé ?

Dans sa forme thérapeutique, le cannabis ne contient que du CBD, le cannabidiol aux vertus relaxantes et apaisantes. En Suisse, la légalisation du chanvre « bien-être » a permis aux paysans de bénéficier de 2 500 euros de rendements pour un hectare. En s’inspirant de cette situation, le syndicat professionnel du chanvre de bien-être (SPCBE) prévoit jusqu’à 1,5 milliard d’euros de chiffres d’affaires en France d’ici quelques années. Mais qu’en est-il de l’exploitation de cette molécule dans le monde de la santé ? 

Les effets du cannabidiol expliqués par les professionnels de la santé 

Dans une interview de L’Express, le professeur Nicolas Simon, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) explique que le CBD est un cannabinoïde extrait du plant de cannabis, mais qui agit surtout comme « une substance chimique qui active des récepteurs du système nerveux central, périphérique, d’organes ou encore du système immunitaire ». Ainsi, contrairement au THC qui fait « planer », le CBD ne risque pas de générer une sensation de « défonce ».

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se réfère aux résultats d’études sur les effets du CBD sur les animaux et les humains et indique qu’il pourrait avoir « une certaine valeur thérapeutique pour les crises épileptiques et maladies assimilées », tout en faisant des réserves sur l’usage médical du CBD. Ainsi, l’OMS invite les législateurs nationaux à statuer sur l’autorisation ou non de cette molécule en fonction des résultats des recherches à venir. 

France : vers une expérimentation du cannabis thérapeutique 

Votée en octobre 2019 par l’Assemblée nationale, une législation sur l’expérimentation française du cannabis thérapeutique sera effective en septembre 2020. D’après l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), cet essai concernera 3 000 patients à traiter avec du cannabis thérapeutique, sous forme d’huile CBD présentée en flacon ou de fleurs séchées fournies par des producteurs étrangers.

Parmi les laboratoires qui disposent d’un stock suffisant pour approvisionner la France durant cette étude, Tilray exploite actuellement un champ de 2,4 ha de cannabis médical, produits en application des normes sanitaires. Pour garantir la sécurité et la qualité de ses produits, le laboratoire dispose de certifications GMP (Good Manufacturing Practices). 

Loi

Qui est concerné par l’essai clinique du CBD ? 

Afin de vérifier les bienfaits du CBD sur la santé, l’essai clinique prévu en septembre concernera les patients atteints de maladies graves comme l’épilepsie, la sclérose en plaques et les douleurs neuropathiques. Les personnes prises en charge dans les services de soins palliatifs peuvent aussi y avoir accès, ainsi que celles qui souffrent des effets secondaires des chimiothérapies.

Toujours d’après l’ANSM, les patients qui feront l’objet de cette étude sur le cannabidiol s’en serviront comme traitement en « dernière intention », surtout si les soins habituels n’ont pas eu les effets attendus. Les ordonnances viendront donc de leurs médecins traitants, spécialisés en douleurs ou en neurologie, tandis que le CBD sous forme de fleurs séchées ou d’huile sera d’abord disponible gratuitement en milieu hospitalier. S’ils souhaitent renouveler leur traitement, ils pourront ensuite s’en procurer en pharmacie ou sur les sites e-commerce spécialisés.

1 réflexion sur “Législation CBD : quel est le point de vue du monde de la santé ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *