couple de sénior

Comment obtenir un prêt immobilier après 60 ans ?

Demander un prêt immobilier est possible, quel que soit l’âge. Il n’existe pas de loi ou de règlement qui interdisent ce type de crédit aux seniors. Néanmoins, à partir d’un certain âge, il devient plus difficile d’obtenir ce type de financement auprès des banques et autres établissements de crédit. Difficile, certes, mais loin d’être impossible.

Tout ce qu’il faut savoir sur le prêt immobilier pour les seniors

Vous serez peut-être étonné de savoir que, de nos jours, de nombreux retraités empruntent auprès de ces établissements chaque année. En effet, le départ à la retraite est souvent l’occasion de changer de style de vie et donc de lieu de résidence. Le prêt immobilier est alors l’option vers laquelle se tournent la majorité des 60 ans et plus. Comment font-ils ? Où vont-ils ? Quelles sont les conditions ? Voici quelques éléments de réponses.

Vers qui se tourner pour un prêt immobilier après 60 ans ?

Comme vous le savez probablement déjà, demander un prêt à 60 ans n’est pas une mince affaire, encore moins pour un projet aussi important qu’un achat immobilier. Les banques et les établissements de crédit habituels ne facilitent pas la tâche des seniors et la complexité des procédures en décourage plus d’un.

L’idéal est de prendre conseil auprès des spécialistes du crédit des 50 ans et plus. Ces établissements proposent des solutions de financement on ne peut plus adaptées aux personnes âgées, comme ce que propose Popsenior, un courtier qui a fait du financement des seniors sa spécialité.

Ces experts ont compris que les cartes avaient été redistribuées. En effet, les seniors sont en meilleure santé qu’il y a une vingtaine d’années. Selon l’INSEE, l’espérance de vie des hommes est aujourd’hui estimée à 79 ans tandis que celle des femmes culmine à 83 ans. La France fait partie des 10 pays de l’UE ayant une espérance de vie supérieure à la moyenne européenne.

Les conditions pour prêter après 60 ans

Comme pour les plus jeunes, la première condition pour l’octroi d’un prêt, c’est l’existence de ressources financières stables. C’est la base même de la souscription d’un prêt. Les banques vérifient si l’emprunteur a les moyens de rembourser régulièrement et de façon pérenne, jusqu’à la dernière échéance. En France, l’âge légal pour un départ à la retraite est fixé à 62 ans. Si vous demandez un prêt à 60 ou 61 ans, vous êtes encore en poste, mais s’assurer de votre solvabilité post-retraite est le plus important pour les établissements de crédit. L’estimation du montant de la pension de retraite est alors très importante dans la détermination du montant à octroyer et des mensualités à exiger.

Dans la majorité des cas, le montant des échéances est calculé en fonction du salaire actuel et sera automatiquement revu à la baisse à partir de la date de la retraite. Les courtiers spécialisés sont généralement à de même proposer des conditions particulières selon le cas.

En outre, contrairement à certaines idées reçues, le taux du crédit immobilier ne dépend pas de l’âge. Que vous ayez 60 ou 70 ans, ce taux dépendra uniquement du montant des ressources. Par ailleurs, pour les personnes exposées à un risque de santé aggravé, elles bénéficient de la convention AERAS, signée entre les assurances et les établissements de crédit. Elle est automatique et concerne les personnes qui auront 70 ans ou plus à la fin du prêt, à condition que le montant du crédit immobilier soit inférieur ou égal à 320 000 €. Elle permet aux individus difficilement éligibles à un prêt de proposer une garantie ou une caution grâce à un autre bien immobilier leur appartenant.

Combien peut-on emprunter à cet âge ?

Comme pour l’âge, il n’existe pas de limite théorique. Tout dépendra de votre situation. Comme pour les demandeurs moins âgés, votre demande aura plus de chances d’être acceptée si le remboursement proposé n‘excède pas les 33 % de vos revenus mensuels. Vous pouvez procéder à une simulation en ligne sur le site de l’établissement de crédit qui vous intéresse et voir combien vous pouvez emprunter.

Cela étant dit, ce taux d’endettement indicatif n’est pas non plus une condition sine qua non pour l’obtention du prêt. Si vous êtes en mesure de justifier que vous avez une rentrée d’argent mensuelle suffisamment élevée et que même après avoir payé vos mensualités vous disposez toujours d’assez d’argent pour vivre, l’établissement de crédit pourra vous accorder un prêt immobilier avec un remboursement supérieur à 33 % des revenus. Il se peut également qu’un apport personnel variable entre 10 % et 30 % du montant soit requis par l’établissement prêteur.

crédit sénior

N’y a-t-il vraiment pas d’âge limite ?

Officiellement, il n’existe pas d’âge limite, mais dans la pratique, une demande peut être plus compliquée au fur et à mesure que l’on prend de l’âge. Vu l’espérance de vie, les banques et établissements de crédit souhaitent généralement que le prêt immobilier soit remboursé en totalité au plus tard lorsque l’intéressé aura 75 ans. Plus vous vous rapprochez de ce chiffre, plus le crédit octroyé sera de courte durée et plus le tarif de l’assurance sera élevé.

En tout cas, les établissements de crédit actuels s’ouvrent de plus en plus aux personnes âgées, c’est pourquoi ils représentent aujourd’hui 20 % des souscripteurs de crédit immobilier.

L’importance de l’assurance emprunteur

Pour les crédits seniors, les critères de santé sont scrutés à la loupe, au même titre que les revenus. Cela n’est pas sans conséquence sur le coût de l’assurance, qui est globalement cher. Les garanties invalidité-décès peuvent rendre le coût encore plus élevé.

Auparavant, les contrats d’assurance pour les seniors mentionnaient plusieurs exclusions, ce qui réduisait grandement la couverture. Le tout en proposant un coût élevé. Fort heureusement, ce genre de pratique est de moins en courante. Les contrats d’assurance actuels sont plus complets pour les seniors, et les exclusions laissent place à des surprimes dépendant de l’âge et du bilan de santé. Les seniors avec une très bonne condition physique peuvent souscrire un contrat d’assurance qui les couvre plus longtemps, parfois jusqu’à leur 85e année. En général, après 60 ans une assurance de prêt peut coûter entre 0,40 % et 1,5 % du capital emprunté.

En outre, vous serez forcément amené à répondre à un questionnaire de santé, et en fonction de vos réponses, une visite médicale peut être demandée.

D’autres offres de prêt immobilier senior

Un prêt est un engagement qui se planifie à l’avance. D’autant plus qu’il s’agit d’un financement important en termes de montant. Avant de vous lancer, vous devez vous poser les bonnes questions. Quel type de bien immobilier vous faut-il ? Souhaitez-vous y vivre ou le mettre en location ? Quelle région vous intéresse ? Quel est le coût de la vie ? Si vous êtes susceptible d’avoir besoin d’assistance au quotidien, quid de la proximité avec les membres de votre famille ou des services à destination des seniors sur place ? Si vous prévoyez de louer un bien, quels sont les prix de l’immobilier ? Serait-ce un investissement lucratif ? Devez-vous vendre votre maison actuelle ou l’hypothéquer pour financer ou cautionner ce projet ?

Outre le crédit immobilier classique, vous pouvez également opter pour d’autres alternatives. Pour vous aider à y voir plus clair, voici les autres solutions qui s’offrent à vous.

Le prêt cautionné par une tierce personne

En général, une caution assure le remboursement du capital restant dû si le souscripteur n’est plus en mesure de le faire à cause de revenus insuffisants. Dans le cas d’une personne physique qui se porte caution, une personne proche du demandeur va alors s’engager à s’acquitter des mensualités en lieu et place du senior. Malgré sa relative simplicité, ce type de crédit tend à se raréfier et la plupart des établissements de crédit la refusent.

crédit immobilier senior

Le prêt cautionné par un organisme de cautionnement

Pour ce type de crédit, nul besoin d’une intervention notariale, à l’opposé des crédits hypothécaires. Si l’emprunteur est en difficulté financière et ne peut plus assurer le versement des mensualités, l’organisme de cautionnement entre alors en jeu et prendra le relai en s’acquittant de ces mensualités. L’organisme demandera ensuite à l’emprunteur de procéder au remboursement.

Le prêt cautionné hypothécaire

L’emprunteur doit déjà être propriétaire d’un logement, qu’il s’agisse d’un logement principal, secondaire ou mis en location. Ce bien constitue la garantie du crédit. Avantage majeur : l’emprunteur n’a pas besoin de souscrire une assurance pour son prêt immobilier. Principale condition : le crédit octroyé est limité à 70 % de la valeur du bien mis en garantie. Une fois le crédit accepté, le remboursement mensuel est redevable.

Au décès de l’emprunteur, le bien mis en garantie sera vendu par le créancier et la somme ainsi récupérée sera départagée comme suit : l’établissement de crédit ou la banque récupère le capital restant dû avec les intérêts, tandis que le reliquat sera reversé aux héritiers de l’emprunteur.

Le prêt viager hypothécaire

Ce type de crédit s’adresse également aux seniors propriétaires d’un logement, désireux d’en acheter un nouveau. C’est une option des plus intéressantes pour ceux qui souhaitent un meilleur cadre de vie, une nouvelle maison dont le coût est nettement supérieur à leur propriété actuelle. Le principe est sensiblement identique à celui du prêt cautionné hypothécaire. L’un des principaux avantages du prêt viager hypothécaire réside dans le fait que l’emprunteur n’est pas obligé d’assurer le crédit, par contre, le taux d’intérêt est assez élevé. Toutefois, contrairement au prêt hypothécaire cautionné, le remboursement se fait au moment du décès de l’emprunteur ou suite à une éventuelle vente du bien qui constitue la garantie du crédit.

Sources : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4277640?sommaire=4318291

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *