santé

Pourquoi l’autosondage est-il intéressant en cas de rétention urinaire ?

L’autosondage permet une vidange volontaire, rapide et aisée de la vessie. Il a principalement pour but de prévenir la rétention d’urine. L’intérêt de l’autosondage est qu’il évite l’inconfort d’une sonde à demeure. À son tour, l’absence de sonde à demeure réduit considérablement le risque d’infection urinaire.  

Qu’est-ce que l’autosondage ? Chacun de nous urine physiologiquement plusieurs fois par jour, généralement 4 à 6 fois par jour. Lorsque la vessie ne se vide pas correctement, la stagnation des urines peut entraîner des infections et une surcharge du travail des reins. Chez les personnes présentant des pathologies qui ne permettent pas une vidange adéquate de la vessie, il est parfois nécessaire de réaliser un sondage urinaire.

Par autosondage, nous entendons le fait d’insérer une sonde urinaire dans l’urètre jusque dans la vessie pour permettre sa vidange complète. C’est un geste généralement effectué plusieurs fois par jour, de manière autonome par le patient, dans un lieu adapté généralement à domicile. 

L’autosondage est également identifié par l’acronyme ASI (AutoSondage Intermittent). C’est une pratique rapide et aisée pour vider la vessie. Elle vise à prévenir la rétention urinaire.
Afin d’éviter l’introduction de bactéries dans la vessie, la pratique de l’autosondage pour femme ou pour homme doit donc être effectué le plus soigneusement et proprement possible. Correctement effectué, le risque de complications est très faible. 

Cette précaution permettra de prévenir les infections telles que la cystite ou d’autres problèmes. La vidange de la vessie est essentielle pour préserver la fonction rénale. Les personnes âgées en manque d’autonomie peuvent se faire assister par des auxiliaires de vie ou d’autres aidants à domicile dans la réalisation de l’autosondage. 

infirmière

Indications pour l’autosondage intermittent

L’autosondage se fait principalement chez deux types de personnes : les personnes touchées par des problèmes neurologiques et les personnes sans problèmes neurologiques, mais ayant des problèmes de rétention urinaire. Les affections cliniques qui conduisent le plus souvent à la nécessité de cette procédure sont :

  • L’accident vasculaire cérébral
  • Les lésions de la moelle épinière
  • La maladie de Parkinson
  • La sclérose en plaques
  • Les traumatismes de la colonne vertébrale
  • Les tumeurs du système nerveux central

Les avantages de l’autosondage

Cette pratique est intéressante à plusieurs égards. Entre autres avantages, elle : 

  • si il est bien effectué, il n’est pas douloureux
  • permet de vider complètement votre vessie
  • empêche le reflux urinaire qui pourrait endommager vos reins
  • réduit le risque d’infections des voies urinaires

L’autosondage est une méthode plus saine et plus sûre que les autres méthodes de vidange de la vessie. La compression et le tapotement sur la vessie peuvent entraîner une pression élevée et une dysréflexie autonome. L’utilisation d’une sonde de Foley est inextricablement liée aux infections récurrentes et augmente le risque d’escarres urétrales. L’utilisation à long terme de cette méthode altère également l’automatisme dans la contraction de la vessie. 

L’autosondage doit être effectué à intervalles réguliers tout au long de la journée et en fonction de l’apport hydrique. Les directives recommandent d’effectuer la procédure 4 à 6 fois par jour. Toutefois, si le volume d’urine est supérieur à 400 ml à 500 ml, elle doit être effectuée plus fréquemment ou l’apport hydrique doit être réduit. Il existe désormais sur le marché une série de petits kits jetables qui contiennent le nécessaire pour réaliser un autosondage partout : à la maison, à l’école, au travail, en vacances etc.