vapotage

Vapotage: est-ce une bonne option pour arrêter de fumer?

De nouvelles données suggèrent que le vapotage n’est peut-être pas la meilleure option pour vous. Le passage aux e-cigarettes peut rendre l’arrêt du tabac plus difficile que la simple élimination du tabac de sa vie.

La recommandation actuelle est d’essayer les dispositifs électroniques d’administration de nicotine dans le but de cessation du tabac. La recherche n’est pas concluante, mais elle est « suggestive ». Ceci est sans doute suffisant pour que les fumeurs se mettent au vapotage afin de réduire leur dépendance à la nicotine.

Cependant, alors que les exemples contraires s’accumulent, prouvant que passer du tabac à la nicotine vaporisée réduit vos chances d’être non-fumeur à l’avenir. Cette opinion pourrait basculer dans l’autre sens à l’avenir.

Une étude américaine remet en cause la cigarette électronique comme moyen d’arrêter de fumer

Une nouvelle étude de l’Université de Californie pourrait faire pencher contre l’idée que le vapotage peut être une bonne stratégie pour arrêter de fumer. Arrêtez le tabac est la mesure la plus indispensable qu’un consommateur puisse adopter pour rester en bonne santé. Cependant, les données suggèrent que la transition vers les e-cigarettes a réduit, et non augmenté, la probabilité de continuer la consommation du tabac.

Alors que la consommation de tabac sous ses formes traditionnelles a diminué, en revanche, le marché des e-cigarettes a explosé (la cigarette électronique Vaporesso est un symbole de cet explosion du marché au niveau mondial). Une partie au moins de ce mouvement semble être motivée par des consommateurs du tabac qui souhaitent arrêter et pensent que le vapotage est une option plus efficace qui leur permettra de passer à un mode de vie sans nicotine.

Pour l’instant, les preuves confirment les affirmations selon lesquelles le vapotage cause moins de problèmes de santé que le tabagisme. Certes, « moins » ne signifie pas « zéro », mais la réduction de la concentration de substances dangereuses inhalées ne peut être que bénéfique. Toutefois, le seul objectif valable à poursuivre est d’arrêter de fumer pour de bon, pour tout fumeur soucieux de sa santé future.

Et il s’avère que le vapotage semble ne pas de contribuer à cet objectif.

Les chercheurs ont évalué, de 2013 à 2015, le cas de plus de 13.000 personnes qui ont déclaré être des fumeurs réguliers. Les chercheurs ont utilisé des questionnaires annuels pour suivre l’utilisation par les volontaires de plusieurs produits du tabac, en recueillant des informations pour savoir si ces personnes continuaient à fumer, pratiquaient le vapotage ou avaient complètement arrêté.

Ils ont également pris note des fumeurs qui avaient arrêté de fumer, mais qui avaient repris cette habitude plus tard. Selon les résultats obtenus par la première étude de suivi, moins d’un fumeur de longue date sur dix a déclaré avoir arrêté de fumer. Un peu plus d’un tiers des « anciens fumeurs » sont passés à un autre type de consommation de tabac. Le vapotage d’e-cigarettes était l’autre type dans 22 % des cas. Ces personnes étaient plus souvent aisées, blanches et dépendantes de la cigarette, et elles considéraient le vapotage comme une alternative plus sûre.

vapotage

La moitié des personnes ayant arrêté de fumer rechutent

Elles avaient également une probabilité plus élevée de fumer à nouveau des cigarettes après un an. Au bout d’un an, près de la moitié des personnes qui avaient cessé d’utiliser des produits du tabac de quelque type que ce soit étaient toujours non-fumeurs. Seuls 42 % des individus avaient complètement stoppé. Selon un expert, si la transition vers les e-cigarettes était un moyen réalisable d’arrêter de fumer, alors les individus qui ont adopté les e-cigarettes auraient dû avoir un taux de rechute de la cigarette considérablement plus faible. Pourtant, aucun élément ne permet de le prouver.

Ce type de recherche par observation n’est pas sans faille. Les chercheurs prennent essentiellement du recul et demandent aux participants de discuter de leurs comportements. Cela permet une plus grande interprétation que dans un essai contrôlé. Elle donne également un aperçu d’une tendance beaucoup plus large, qui pourrait amener un plus grand nombre de fumeurs à abandonner définitivement la cigarette à l’avenir.

Les e-cigarettes étant encore un phénomène culturel relativement nouveau, il faudra du temps pour collecter les données nécessaires pour comprendre comment elles influencent la santé et les comportements des gens pendant leur vie. Par ailleurs, le vapotage présente une série de nouveaux dangers qui lui sont propres. En tout cas, il est inutile de rester dans l’expectative pour savoir que le bon moment pour fumer sa dernière cigarette, c’était hier. Les connaissances scientifiques ne peuvent être plus claires sur ce point.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *