Des chaussures adaptées au métier !

En France, le Code du travail impose le port de certains équipements de protection individuelle (EPI) dans certains domaines professionnels, dont le domaine médical, l’agroalimentaire et le BTP. En effet, les personnes travaillant dans les milieux hospitaliers, les usines agroalimentaires et les cuisines de restaurant ainsi que sur un chantier ont l’obligation de porter, entre autres, des chaussures spécifiques. Et ce, principalement pour des raisons de sécurité, mais aussi pour s’assurer un certain niveau d’hygiène et de confort. Gros plan sur ces chaussures en question.

Les sabots de sécurité pour le personnel hospitalier

En plus de tenues réglementaires, le personnel hospitalier – les médecins, paramédicaux et infirmiers, mais aussi les agents d’entretien et de nettoyage – doit porter des chaussures spécifiques permettant de circuler en toute sécurité et de manière confortable. Conformément à la législation en vigueur, ces professionnels de la santé sont tenus d’avoir à leurs pieds des sabots de sécurité à semelle antidérapante lorsqu’ils sont sur leur lieu de travail.

Disponible à la vente sur des sites spécialisés tels que www.schuzz.fr, ce type de chaussure de sécurité prend en compte plusieurs facteurs à savoir :

  • l’hygiène : les hôpitaux sont des milieux sensibles où il est primordial de limiter autant que possible la propagation des virus, germes et bactéries. D’autant plus que les risques de souillures pouvant entraîner des maladies nosocomiales y sont importants. Les sabots de sécurité sont pour la plupart antibactériens et lavables,
  • le confort des personnes qui les portent : rappelons que le personnel hospitalier est amené à se déplacer énormément et/ou à adopter une station debout pendant des dizaines de minutes, voire plusieurs heures, même en bloc opératoire. Il doit par conséquent porter des chaussures qui facilitent les déplacements et qui leur permettent de prévenir tout éventuel mal de dos ou de pieds. C’est pourquoi les sabots de sécurité pour milieu hospitalier sont le plus souvent légers, aérés et dotés de semelles anatomiques. Et ce, en plus d’être facile à mettre et à retirer,
  • la prévention des chutes : pour des raisons hygiéniques, les sols des hôpitaux sont régulièrement lavés et sont donc souvent mouillés. Les risques de chutes et de glissades y sont donc non négligeables. Certifiés « antiglisse », les sabots de sécurité à semelle antidérapante offrent une certaine résistance au glissement sur les sols carrelés lavés avec du détergent et/ou sur les sols en acier lubrifiés. Cependant, même avec de telles chaussures, la prudence est toujours de mise.

sabot médical infirmier

Il faut savoir toutefois que, outre les sabots de sécurité à semelle antidérapante, d’autres chaussures peuvent également être portées en milieu hospitalier. C’est le cas des crocs et des baskets d’infirmier.

Personnel de cuisine et de l’industrie agroalimentaire : les chaussures de sécurité

Toutes les personnes qui travaillent en cuisine – chef, demi-chef, cuisinier, commis, apprenti, plongeur, agent polyvalent de restauration, pâtissier, boulanger… – et dans l’industrie agroalimentaire doivent également porter des chaussures de sécurité. Et ce, dès le vestiaire.

Les sabots de sécurité à semelle antidérapante pour le personnel de cuisine et de l’industrie agroalimentaire reprennent les mêmes caractéristiques que ceux dédiés au milieu hospitalier. En effet, ils garantissent un confort absolu qui limite les risques de maux de dos et de pieds (tendinite, entorse, lombalgie…) et prévient les risques de chutes au quotidien.

Cependant, ils possèdent également d’autres qualités, à savoir la résistance au déchirement, à la flexion, à l’abrasion et à la traction, la perméabilité à la vapeur d’eau, l’innocuité des matériaux et des caractéristiques ergonomiques. Ils doivent par conséquent protéger l’utilisateur contre le froid, la chaleur et les brûlures, les chocs et les coupures.

De manière générale, il revient à l’employeur de fournir aux travailleurs ce type de chaussures de sécurité. Il a également la responsabilité de former théoriquement et pratiquement le personnel sur l’utilisation des EPI et particulièrement des sabots de sécurité. Il doit notamment sensibiliser les employés à nettoyer quotidiennement leurs chaussures de travail et à choisir la pointure adéquate pour garantir une hygiène optimale.

Autrefois portés en milieu rural, les sabots ont depuis évolué, tant au niveau de l’esthétisme que de la technologie. Ils sont désormais plus légers, plus souples et plus résistants aux déformations. Il existe par ailleurs d’autres alternatives aux sabots de sécurité ayant des semelles antidérapantes : les bottes et les mocassins de cuisine.

chaussure sécurité EPI

Les chaussures de sécurité sur les chantiers BTP

Les personnes intervenant sur un chantier professionnel sont également concernées par l’obligation de porter des chaussures de sécurité spécifiques. Concrètement, cette réglementation touche tous les corps de métier du BTP (bâtiments et travaux publics) en général – maçons, charpentiers, conducteurs d’engins… –, de l’industrie lourde, mais aussi toute personne travaillant à l’extérieur comme les bûcherons par exemple.

Le type de chaussures de sécurité varie en fonction des conditions de travail sur les chantiers. Mais dans tous les cas, elles doivent avoir une certaine résistance aux chocs, être munies d’une protection et d’une semelle spéciale. Certaines peuvent en plus être dotées d’une coque métallique qui protège contre les risques liés à l’écrasement ou à la perforation. Dites amagnétiques, les chaussures de sécurité dépourvues de coque métallique sont généralement utilisées sur les chantiers situés dans un endroit fermé où les risques d’accidents sont très faibles.

D’autres peuvent par ailleurs avoir une semelle anti-perforation, une semelle antidérapante, une semelle capable de résister à une haute température pouvant atteindre 300 °C ainsi qu’une isolation du froid et de la chaleur. Les modèles destinés aux chantiers humides sont quant à eux imperméables et résistent à l’immersion. Certains disposent même d’une tige déperlante. D’autres encore sont capables de dissiper les décharges électriques.

Le Code du travail impose, par conséquent, en fonction de votre travail et de votre lieu de travail, des chaussures de sécurité basses ou montantes, des bottes de sécurité ou des bottes de chantier. Si vous êtes salariés, votre employeur aura la responsabilité de vous fournir les chaussures de sécurité adéquates. Toutefois, si vous êtes artisan ou micro-entrepreneur, ce sera à vous de vous procurer vos propres chaussures. Veillez donc à vous renseigner correctement sur les types de chaussures de sécurité exigées pour vous conformer à la réglementation en vigueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *