Comment se sent-on après une chimio ?

La chimiothérapie est un traitement particulièrement lourd dont l’objectif reste la destruction des cellules cancéreuses par l’utilisation de médicaments. L’objectif reste donc d’éradiquer les cellules cancéreuses où qu’elles se trouvent ou du mois, de limiter leur prolifération. De ce fait, au cours de ce type de traitement systémique, certains troubles sont observés chez le patient au niveau des globules rouges, des globules blancs ainsi que des plaquettes. Certains effets secondaires sont directement observables comme la perte des cheveux et des poils. Particulièrement difficile à vivre pour une femme, cette phase nécessite parfois le recours à des solutions capillaires pour éviter une souffrance psychologique.

Prendre soin de son moral : turbans et accessoires pour se sentir mieux dans sa peau

La perte de cheveux ainsi que l’était de fatigue générale entraînent souvent une certaine irritabilité. Les cheveux sont un véritable symbole de la féminité et en les voyant tomber les uns après les autres, vous risquez de faire une dépression. Pour éviter d’en arriver là, il est tout à fait possible d’utiliser un turban après une chimio comme solution capillaire le temps que le traitement s’arrête. Certains sites internet sont d’ailleurs spécialisés dans les turbans et les nombreux accessoires sont accompagnés de très nombreux conseils personnalisés. Vous pourrez ainsi trouver une vaste gamme de turbans différents, des modèles été en coton léger, et des modèles hiver en tissu plus épais. Ils se déclinent en plusieurs coloris et motifs : unis, fleuris, pois, motifs géométriques… pour pouvoir s’accorder à chacune de vos tenues.

L’idée est de permettre aux femmes subissant un traitement de chimiothérapie de conserver toute leur féminité et leur confiance en elle grâce à cet accessoire de mode. En plus de sa fonction esthétique, le turban a également un but de protection de votre cuir chevelu devenu sensible.

opter pour un turban pendant une chimiothérapie

La présence des nausées et parfois de vomissements

Aujourd’hui les nouveaux traitements concernant la chimiothérapie ont pu être ajustés pour limiter les effets secondaires tels que les vomissements et les nausées. Cependant, ces symptômes peuvent encore apparaître plusieurs heures après la perfusion voire encore le lendemain. Lorsque ce type de symptômes commence à apparaître, il est conseillé de se rincer la bouche et de ne pas manger immédiatement, car ce que vous avez sur l’estomac risque de revenir plus facilement. Chez certains patients, il est observé qu’une odeur désagréable reste de manière persistante dans la bouche ou que certaines odeurs provoquent l’apparition de nausées. Pour pallier ces différentes problématiques, vous pouvez avoir recours à des huiles essentielles à base de menthe poivrée. Cela permet de masquer la mauvaise odeur et de ne pas avoir de maux d’estomac à cause de ces désagréments.

Voici en outre quelques conseils à suivre si vous rencontrez ce type de problème :

  • Fractionnez au maximum les repas plutôt que d’en faire des plus conséquents.
  • Prenez votre temps pour manger, car cela vous permettra d’avoir une meilleure digestion.
  • Choisissez de boire une certaine quantité d’eau en dehors des repas plutôt que sur le moment.
  • Bien évidemment si les symptômes persistent, il ne faudra pas hésiter à vous tourner vers un spécialiste.

La sécheresse buccale

Un patient en cours de chimiothérapie peut également ressentir des effets secondaires au niveau de la bouche. Une sécheresse peut alors apparaître et s’accompagner dans certains cas de l’apparition d’aphtes. Pour réduire ces désagréments, il n’est pas conseillé de manger certains ingrédients tels que des noix ou encore du gruyère. N’hésitez pas à faire régulièrement des bains de bouche avec une solution qui sera uniquement prescrite par ordonnance médicale. En effet, les produits que vous trouvez dans le commerce sont généralement à base d’alcool ce qui aura pour but d’avoir l’effet inverse. L’alcool est une substance qui aura tendance à assécher les muqueuses buccales alors que de votre côté vous cherchez à tout prix l’effet inverse.

Concernant les aliments à éviter, il vaut mieux également de mettre de côté les aliments épicés et choisir des aliments plus faciles à absorber tel que des sorbets ou de la glace. En complément, pensez également à utiliser des lubrifiants gras pour vos lèvres, cela permettra de diminuer la sensation désagréable de sécheresse.

chimiothérapie

La perte des cheveux

Autre conséquence malheureusement difficile de la chimiothérapie, la perte des poils et des cheveux. Ce phénomène ne touche pas tous les patients, mais de très nombreuses personnes souffrent d’une perte des cheveux, des sourcils et des cils. Lorsque ces derniers ne sont plus présents sur le visage, le patient peut alors connaître une irritation plus prononcée lorsque de la poussière est présente dans l’atmosphère. Il faut donc pallier cette problématique en utilisant du collyre adapté pour l’hydratation des yeux, mais également en utilisant des lunettes de soleil.

Concernant la chute des cheveux, ces symptômes apparaissent entre deux à trois semaines après que la première perfusion de chimiothérapie a commencé. Durant cette période, ils ne repousseront pas et il faudra attendre environ deux mois après la fin du traitement pour que la chevelure puisse réapparaître. Durant cette période difficile, il ne faut pas hésiter à envisager différentes solutions capillaires comme l’utilisation d’un foulard ou d’un turban à porter, comme détaillé plus haut. C’est un moyen de masquer le traitement, mais également de se sentir plus à l’aise dans la vie de tous les jours, car certaines personnes ont vraiment beaucoup de mal à supporter la perte de cheveux.

Une perturbation du transit intestinal

Si malheureusement le patient souffre de diarrhée, il est conseillé d’augmenter la quantité d’eau à boire quotidiennement sous la forme de tisane ou pourquoi pas de thé. Les boissons glacées ou à base de fruits sont à éviter, tout comme le café qui aura tendance à accélérer le processus des diarrhées. Il vaut mieux s’orienter vers une alimentation qui contient peu de fibres comme des bananes, du riz, des fromages à pâte cuite ou pourquoi pas des carottes.

Le phénomène inverse peut également être constaté avec la présence d’une constipation.

Le fait de boire au moins 2 l d’eau par jour ne change pas, il s’agit d’une bonne habitude alimentaire à conserver le plus longtemps possible. Mais cette fois-ci il faudra privilégier des aliments riches en fibres comme les pruneaux, les fruits, les légumes ou les compotes. Dès le réveil, n’hésitez pas à boire directement un grand verre d’eau glacée pour favoriser le transit intestinal.

Bien évidemment chaque patient réagit différemment et il est important d’adapter le traitement par rapport aux effets secondaires observés. Dès que vous avez un doute, n’hésitez pas à en parler à votre médecin pour ajuster le traitement ou pour obtenir un complément d’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *