Comment un audioprothésiste analyse les oreilles ?

En cas de problème d’audition, vous devez vous adresser à un audioprothésiste. Il peut s’agir d’acouphènes, d’hypoacousie ou d’exposition au bruit. Ce professionnel de la santé peut également vous aider si vous avez besoin d’un appareillage. Il détermine le type d’appareils auditifs adaptés à votre situation tout en tenant compte de vos besoins. Vous avez des appareils visibles et des modèles plus discrets.

Dans tous les cas, l’embout doit épouser parfaitement votre conduit auditif. Le spécialiste procède au préalable à un bilan auditif de la personne sur recommandation d’un médecin ORL. L’examen médical permet d’identifier le type de surdité et la gravité du problème. L’audioprothésiste connaît parfaitement le fonctionnement de l’oreille et du conduit auditif. Il est donc en mesure de déceler la moindre anomalie le cas échéant.

Le déroulement de la consultation chez l’audioprothésiste

L’examen des conduits auditifs est réalisé au cours de la première consultation. L’audioprothésiste procède à une série de tests. Ceux-ci sont nécessaires en vue de proposer au patient le meilleur appareillage. Ils aident également à détecter les éventuels dysfonctionnements des oreilles. Le spécialiste s’assure aussi de l’articulation entre les différents éléments du système auditif.

L’oreille externe se compose du pavillon. Cet élément est important pour localiser la provenance des bruits. Avec le conduit auditif, il collecte le son avant de l’amplifier et de le transformer en vibrations. Celles-ci sont ensuite envoyées dans le conduit auditif afin de parvenir jusqu’au tympan. Le rôle de l’oreille externe consiste également à protéger le tympan. Il produit naturellement des bouchons et du cérumen dans cette perspective.

L’oreille moyenne se compose donc :

  • du marteau,
  • de l’enclume,
  • de l’étrier,
  • du tympan,
  • de la trompe d’eustache.

Son rôle est de transformer les vibrations aériennes en oscillations solidiennes à cause du choc. Le son parvenu au tympan actionne les trois osselets. L’oreille moyenne les amplifie avant de les transférer jusqu’à l’oreille interne. Elle la protège également contre les bruits trop forts et trop puissants. La nuisance sonore concerne les sons ayant plus de 80 dB. L’oreille moyenne en limite donc l’amplification grâce au réflexe stapédien.

Le son décelé par l’oreille est transformé en signal nerveux grâce à l’oreille interne. Cette partie se compose :

  • du vestibule,
  • du nerf auditif,
  • de la fenêtre ovale,
  • de la cochlée,
  • de la fenêtre ronde.

Le processus de transformation des sons en signaux nerveux se déroule au niveau de la cochlée grâce à ses cellules ciliées.

Pour trouver un audioprothésiste dans votre quartier à Bordeaux, il vous suffit de chercher un centre auditif près de chez vous.

Le bilan auditif

Lorsque vous avez trouvé un centre auditif près de chez vous, vous pouvez prendre un rendez-vous pour un bilan auditif. Ce spécialiste procède alors à l’audiométrie afin de déterminer la gravité de votre perte d’audition. En effet, la diminution de l’ouïe est un phénomène à traiter le plus tôt possible. Elle peut entraîner un repli sur soi ainsi qu’un isolement social. L’audiométrie est complémentaire avec l’acoumétrie qui se pratique à l’aide d’un diapason.

L’audiométrie tonale liminaire

Seul l’examen médical permet de mesurer avec précision l’audition d’une personne. Il se déroule dans une cabine insonorisée. L’audioprothésiste utilise des instruments spécifiques. Le patient doit écouter attentivement les mots et les sons produits dans un casque. Il lui faut donc les reconnaître. Il arrive parfois que le spécialiste les répète à la demande de la personne.

L’épreuve tonale

Il existe aussi un test permettant de déterminer le volume sonore maximal que le patient peut supporter. Au-delà de ce seuil, il peut ressentir une douleur ou un inconfort. L’audioprothésiste effectue aussi un test permettant de connaître le volume minimal perçu par le patient. Celui-ci écoute plusieurs sons avec des tonalités différentes. Il doit indiquer chaque son qu’il entend en temps réel. L’audioprothésiste est alors en mesure de le noter sur l’audiogramme.

L’audiométrie vocale

Ce test est crucial pour connaître l’efficacité du nerf auditif, notamment la capacité à discerner les mots. Le but est de déterminer si le problème d’audition provient réellement d’un dysfonctionnement de l’oreille. Dans certains cas, celui-ci peut effectivement être causé au niveau du cerveau.

La tympanométrie

Avec cet examen, l’audioprothésiste examine l’aération de l’oreille moyenne et de la mobilité du tympan. Le but est de vérifier si celui-ci est perforé ou s’il est trop rigide. Il peut également présenter une dysfonction tubaire. L’examen permet aussi au spécialiste de vérifier si le muscle stapédien se contracte normalement.

L’audiogramme

Le résultat permet au spécialiste d’avoir un audiogramme. Cette courbe donne des indications sur l’audition du patient ainsi que sa perte auditive. L’audioprothésiste peut également déterminer le type de surdité. Il peut s’agir d’une surdité de perception, de transmission ou des deux en même temps.

Si le test ne montre aucun signe de perte d’audition, le professionnel de santé recommande un nouveau bilan auditif au bout de deux ans. Dans le cas contraire, il évalue le degré de sévérité de la surdité et détermine la nécessité de porter un appareil auditif. Tout le monde doit pratiquer un bilan auditif régulièrement à partir de la cinquantaine. Appelée la presbyacousie, la diminution de l’audition est un phénomène naturel.

Néanmoins, il faut aussi être attentif aux signes précurseurs d’une perte d’audition. Il s’agit notamment d’une difficulté à suivre une conversation ou à comprendre ce que disent ses interlocuteurs. La tendance à augmenter le son constitue également un autre signe à prendre en considération.

Le choix de l’appareil auditif

Le port d’appareil auditif est défini par le résultat de l’audiométrie et des entretiens réalisés par l’audioprothésiste. Il détermine le type d’appareil adapté au patient. Celui-ci est d’ailleurs impliqué dans cette étape. Il est important qu’il exprime ses besoins et ses attentes par rapport à l’audioprothèse qu’il portera. Le spécialiste établit ensuite un devis indiquant les différents frais relatifs. Ce document contient tous les éléments permettant au patient de prendre une décision. Dans certains cas, il est crucial d’obtenir l’accord de la compagnie d’assurance ou la mutuelle santé pour le remboursement. Il faut savoir que le coût des appareils auditifs est élevé.

L’empreinte auriculaire

Lorsque le patient valide le devis normalisé, le spécialiste procède à la prise d’empreinte auriculaire. Elle concerne la zone pavillonnaire et le conduit auditif. Indolore, cette étape se fait en seulement quelques minutes. Elle est indispensable dans le but de réaliser un embout auriculaire sur mesure, garantissant le confort de l’utilisateur. Celui-ci doit effectivement le porter plusieurs heures par jour. L’empreinte est réalisée avec un moulage en silicone. Elle est envoyée au laboratoire fabriquant les embouts.

L’essai de l’appareil auditif

L’audioprothésiste contacte le patient lorsque l’appareil auditif est prêt. Il procède à sa mise en place afin d’effectuer les réglages nécessaires. Le paramétrage doit se faire avec beaucoup de minutie pour éviter toute gêne. L’audioprothésiste vérifie que le patient entend correctement grâce à des tests auditifs. Il s’assure que l’audioprothèse ne provoque aucun effet larsen ou d’autres bruits pouvant indisposer le patient.

Celui-ci devra d’ailleurs tester son appareil pendant 15 jours. Il pourra alors déterminer si le modèle choisi lui convient réellement. Il doit ensuite revenir pour une nouvelle consultation. Au cours de cette entrevue, le spécialiste en audition procède à une contre-vérification. Il effectue aussi les réglages nécessaires en fonction des retours d’expérience faits par le patient. Si l’appareil auditif ne correspond pas aux besoins et aux attentes de l’individu, il est préférable de le remplacer.

Le suivi du patient

Après la période d’essai et d’adaptation, le patient peut utiliser son appareil auditif sans problème. L’audioprothésiste reste toujours à son écoute et programme des visites de contrôle au cours de la première année. Il vérifie ainsi le bon fonctionnement de l’appareil auditif et de l’évolution de l’audition du patient.

La pose de l’appareil auditif

L’audioprothésiste vous montre comment poser correctement l’appareil auditif. Le processus varie en fonction du type d’audioprothèse que vous utilisez.

L’appareil avec embout sur mesure

Quand vous utilisez cet appareil avec contour-oreille, vérifiez toujours l’orientation de l’écouteur. Vous ne risquez donc pas de vous tromper au moment de sa pose. Le boîtier doit se trouver à l’arrière du pavillon externe. Tirez ensuite légèrement sur votre oreille avant d’enfoncer délicatement l’embout sur mesure dans votre conduit auditif. Celui-ci doit tenir bien en place pour un confort d’utilisation optimal. Dans le cas contraire, vous devez contacter votre audioprothésiste. Il se peut que l’embout soit endommagé ou que votre conduit auditif n’ait pas été moulé correctement. Vous pouvez alors placer l’appareil derrière votre oreille.

L’appareil auditif pourvu d’un dôme

Ce type d’audioprothèse avec écouteur déporté se caractérise par sa discrétion. Pour sa pose, vous devez placer l’appareil derrière votre oreille. L’embout en silicone doit se trouver en face du conduit. Prenez ensuite entre votre pouce et votre index le fil de l’écouteur. Vous devez appuyer délicatement sur la tête de l’écouteur au moment d’insérer l’embout dans votre conduit auditif.

L’appareil auditif intra-auriculaire

Ce type d’appareil est apprécié pour sa discrétion, car il est complètement invisible. Il se place directement dans le conduit auditif. Il est important de bien l’enfoncer afin d’éviter les sifflements et d’optimiser la transmission du son. Pour différencier les appareils, celui destiné à l’oreille gauche est bleu tandis que celui pour l’oreille droite est rouge. Quand vous devez retirer l’audioprothèse, vous devez saisir l’antenne et le tenir fermement jusqu’à ce que vous ayez réussi à l’enlever.

Sources :

https://www.vivason.fr/appareil-auditif/fonctionnement/comment-mettre-son-appareil-auditif-dans-loreille
https://www.optical-center.fr/prise-en-charge-audioprothesiste
https://www.laboratoires-unisson.com/blog/audition-et-pathologies-auditives/laudiometrie-ou-comment-mesurer-son-audition/.html
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2617705-audioprothesiste-quand-consulter-role-fonction-formation-diplome/
https://www.laboratoires-unisson.com/fonctionnement-systeme-auditif.html