Femme atteinte de gale norvégienne

Gale norvégienne

La gale est une infestation cutanée contagieuse. Il s’agit d’une pathologie mondiale avec une prévalence mondiale de 300 millions de cas par an, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). La gale norvégienne est une variante moins courante de cette parasitose cutanée externe. Cette forme de gale a été décrite pour la première en Norvège au cours de l’année 1848. Elle est également appelée la gale hyperkératosique. Elle affecte spécialement les personnes âgées et immunodéprimées. Caractérisée par l’apparition de croûtes et bien d’autres symptômes, la gale norvégienne requiert un traitement par voie locale et par voie orale ainsi que des mesures environnementales.

Qu’est-ce que la gale norvégienne ?

La gale norvégienne, également appelée la gale hyperkératosique ou la gale croûteuse est une forme grave de la gale. C’est une infestation caractérisée par l’apparition d’épaisses croûtes de peau contenant un grand nombre d’acariens. Le patient est alors infesté par des milliers ou des millions d’acariens vivant à la surface de la peau.

Femme atteinte de gale norvégienne
La gale norvégienne survient généralement chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli, les personnes immunodéprimées, âgées, chez les patients affectés par le SIDA ou par une pathologie qui réduit l’efficacité de la réponse immunitaire.

Elle est particulièrement contagieuse et se propage facilement par contact direct de peau à peau et par contamination d’objets tels que les vêtements, la literie et les meubles. La contagiosité est, de ce fait, directe (par simple contact prolongé avec une personne infestée) et indirecte (par contact avec un objet contaminé). La contagiosité est très importante en raison d’une prolifération intense des acariens. 

Les causes de la gale norvégienne

Le sarcopte est responsable de la gale. Il a pour nom scientifique, Sarcoptes scabiei hominis. C’est un parasite cutané appartenant à la famille des acariens. Ce minuscule acarien s’enfouit dans la peau au sein de laquelle il pond des œufs. 

Chez les individus affectés par la gale commune, nous pouvons dénombrer une dizaine ou une vingtaine de parasites. Par contre, lorsqu’un sujet est affecté par une gale norvégienne, nous pouvons recenser un nombre particulièrement important de parasites, pouvant atteindre plusieurs milliers par gramme de peau, avec parfois des patients infectés par plus d’un million d’acariens.

Ainsi, la gale norvégienne apparaît avec une prolifération des acariens ou une amplification de la gale commune survenant à la suite d’une épidémie de gale non traitée. Ainsi, nous pouvons contracter une gale norvégienne et manifester les symptômes lorsque :

  • La gale n’est pas correctement traitée 

Ainsi, une gale non traitée ou traitée de façon inadaptée, favorise une reproduction continue des acariens au niveau de la peau, aggravant les symptômes de la gale et favorisant l’apparition d’une gale norvégienne.

  • Le système immunitaire est affaibli 

Lorsque le système immunitaire ne peut pas efficacement combattre les parasites, ces derniers se reproduisent aisément de façon exponentielle. Du coup, lorsque le système immunitaire est affaibli, incapable d’initier une résistance contre les acariens de la gale, l’organisme est exposé à une gale norvégienne.

Les facteurs susceptibles d’affaiblir le système immunitaire sont entre autres, le traitement immunodépresseur associé à une greffe d’organe, les infections (infection au VIH).

Mode de transmission

La gale norvégienne se transmet par contact direct ou indirect.

Par contact direct

Nous pouvons être contaminés par la gale commune à la suite d’un contact prolongé avec la peau d’une personne infectée.

Mais, en ce qui concerne la gale norvégienne, en raison de la présence excessive des acariens, un contact léger ou fugace suffit pour contracter la maladie.

C’est pourquoi, il est important de protéger la peau nue avec un vêtement de protection dans le but  d’éviter tout contact direct avec une personne infectée.

Par contact indirect

La transmission de la gale commune par contact indirecte est inhabituelle. Mais, avec la gale norvégienne, il est possible de contracter l’infection par le biais d’un contact indirect avec un  objet infecté (literie, vêtements, serviettes, mobiliers).

Les symptômes de la gale norvégienne 

La gale norvégienne est caractérisée par des lésions étendues, susceptibles d’apparaître sur tout le corps, de la plante des pieds au cuir chevelu, y compris les coudes, les genoux. Elle peut même affecter le pourtour des ongles. Elle induit des lésions disséminées qui peuvent proliférer au niveau du visage et du dos. Elle se manifeste par l’apparition : 

  • d’une éruption cutanée squameuse généralisée ou une atteinte généralisée avec prédominance des squames ;
  • de plaques érythémateuses, squameuses, épaisses, généralisées ou localisées ; parfois mal définies ou qui ressemblent à un psoriasis. Ces plaques apparaissent au niveau du dos, du visage et du cuir chevelu ;
  • une érythrodermie caractérisée par une rougeur généralisée ;
  • des démangeaisons minimes ou qui peuvent être absentes ;
  • une hyperkératose palmo-plantaire farineuse.
gale norvégienne
En général, les démangeaisons font parties des symptômes de la gale norvégienne. Mais parfois, les signes et les symptômes habituels de la gale commune (éruptions cutanées, démangeaisons) peuvent être absents chez les sujets affectés par la gale norvégienne. Les lésions qui apparaissent sont étendues et susceptibles de se propager sur tout le corps.

Le diagnostic de la gale norvégienne

Le diagnostic est essentiellement clinique lorsque les signes évocateurs de cette parasitose sont présents. Celui de la gale norvégienne est confirmé par l’identification d’acariens, d’œufs ou d’excréments lors d’un examen microscopique.

Cet  examen est destiné à la recherche de l’agent pathogène de la gale (sarcopte) sur le corps. Il permet, ainsi, de poser un diagnostic de certitude et de mettre en évidence le sarcopte. 

Traitement

En présence d’une gale norvégienne, le patient est isolé ou hospitalisé en vue de recevoir rapidement une prise en charge médicale appropriée dans le but d’éviter l’apparition d’une épidémie de gale. Le traitement est initié par voie orale et locale.

L’ivermectine est un médicament prescrit dans le cadre du traitement  des infections parasitaires et de la gale norvégienne ; ce médicament est administré par voie orale. Ce traitement est associé à une crème topique ou à un produit antiparasitaire. 

Parallèlement à ce traitement médical, il convient de mettre en œuvre des mesures environnementales en traitant le linge et en désinfectant l’environnement, notamment l’espace de vie. Les vêtements, les serviettes, les draps, les linges doivent être lavés soigneusement à 60 degrés. Aussi, les sièges, les fauteuils, les tapis, les peluches, les matelas doivent être désinfectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *