p

Sondage urinaire

On appelle sondage urinaire, cathétérisme urinaire ou sondage vésical, l’introduction d’un tube appelé sonde urinaire dans la vessie à travers l’urètre. Le sondage permet de recueillir l’urine dans un réceptacle. Cette opération peut également servir à injecter des liquides dans la vessie à des fins thérapeutiques ou diagnostiques. Un clinicien, parfois une infirmière, effectue généralement la procédure, mais l’auto-cathétérisme est également possible. Une sonde urinaire peut rester en place pendant de longues périodes ou peut être retirée après chaque utilisation.

Qu’est-ce que le sondage vésical ?

Dans la plupart des cas, le cathétérisme est effectué en introduisant un drain dans la vessie à travers l’urètre. Le cathéter urologique est un mince tube flexible en latex, en polyuréthane ou en silicone qui relié à un réservoir. Un sondage bien effectué ne doit pas provoquer de douleur. Aujourd’hui, le cathéter est placé sous anesthésie. On recouvre le cathéter d’un gel anesthésiant, ce qui facilite encore l’insertion. De plus, ces gels ont également un effet bactéricide, grâce auquel ils préviennent les infections.

patient guéri
En matière de sondage urinaire, la mise en place et le retrait du cathéter ne sont pas douloureux si le protocole est bien respecté.

Le cathétérisme est plus simple chez les femmes car les hommes ont un urètre plus long. De plus, l’urètre masculin se rétrécit naturellement en trois endroits. Par conséquent, le cathétérisme des hommes nécessite beaucoup d’habileté et de sensibilité.

Cependant, une brûlure peut accompagner la première miction. Le cathétérisme est une procédure simple et plutôt sûre. Cependant, il arrive que l’urètre soit endommagé. Si le diamètre du cathéter est trop grand, cela peut aussi entraîner des problèmes.

Quelles sont les indications d’un sondage urinaire ?

L’indication la plus importante du cathétérisme vésical est la nécessité d’évaluer avec précision le débit urinaire. Le cathétérisme est également utilisé pour recueillir l’urine pour des tests, s’il n’y a pas d’autre moyen de l’obtenir. Il peut aussi être utilisé pour administrer un agent de contraste pendant la cystographie ou une solution saline pendant les tests urodynamiques.

Le cathétérisme est parfois effectué sur les femmes qui accouchent et après l’accouchement. Cette opération est nécessaire chez les patients qui sont dans un état général grave, ceux qui sont inconscients et chez les patients subissant une intervention chirurgicale. Une autre indication est le traitement de la rétention urinaire chez les patients souffrant d’une hypertrophie de la prostate ou d’une cystite.

Le sondage urinaire est également nécessaire lors du traitement des cancers des voies urinaires par chimiothérapie. Le cathéter est aussi utilisé pour aider les voies urinaires à guérir après des procédures urologiques.

Quelles sont les contre-indications du cathétérisme vésical ?

Les contre-indications du cathétérisme vésical comprennent la prostatite aiguë, la sténose urétrale inflammatoire et la perturbation urétrale. Très souvent, dans le cas de lésions osseuses pelviennes, on soupçonne une rupture de l’urètre. Chez ces patients, un cathéter est inséré directement à travers l’abdomen dans la vessie. C’est ce qu’on appelle ponction sous-pubienne.

Comment effectuer un sondage vésical chez l’homme ?

Les qualifications requises

Le sondage urinaire chez l’homme est une procédure qui requiert une qualification et de l’expérience. Les professionnels de la santé qui l’exécutent doivent connaître la réglementation nationale et locale en matière de pose d’une sonde urinaire. Ils doivent également connaître l’anatomie et la physiologie des voies urinaires masculines. Ils doivent être sensibilisés au respect de la vie privée et de la dignité du patient.

Les professionnels de la santé devraient également avoir atteint le niveau de compétence requis avant d’entreprendre un sondage urétral masculin. Ils devraient connaître procédures locales pertinentes en matière de gestion de la continence et de prévention des infections.

Le choix du cathéter

La sonde la plus approprié dépendra de facteurs tels que la durée probable d’utilisation et le type de matériau, le diamètre du cathéter, sa longueur et la taille du ballonnet.

Sondage urinaire evec cathéter de Foley
Le sondage urinaire de longue durée est effectué à l’aide de cathéters de Foley.

Seuls des cathéters de longueur standard doivent être insérés chez les patients masculins âgés de 16 ans et plus. L’insertion de cathéters pour femme chez les hommes peut entraîner un gonflement du ballon dans l’urètre, entraînant de graves complications, notamment :

  • hématurie,
  • hémorragie,
  • gonflement du pénis,
  • rétention urinaire,
  • insuffisance rénale.

Pour une utilisation à court terme (moins de 28 jours), un cathéter en latex, en PVC ou en polytétrafluoroéthylène (PTFE) doit être utilisé. Si un cathéter en latex est envisagé, le professionnel de la santé devra d’abord vérifier que le patient n’est pas allergique au latex. Pour une utilisation à plus long terme, des cathéters entièrement en silicone, en élastomère de silicone ou enduits d’hydrogel doivent être utilisés.

Procédure d’insertion de la sonde chez l’homme

Il faut d’abord se laver les mains, mettre des gants stériles et placer des serviettes stériles pour couvrir les parties génitales et les jambes du patient. Cela nous permettra de créer un champ stérile. Il faudra ensuite placer un tampon stérile autour du pénis, rétracter le prépuce si nécessaire, et nettoyer le gland du pénis avec une solution nettoyante de chlorure de sodium stérile (0,9%).

Par la suite, nous insérerons la buse d’un gel lubrifiant ou anesthésique dans l’urètre. Il faudra presser le gel dans l’urètre, retirer la buse, puis la jeter. Il faudra tenir fermement le gland pendant environ cinq minutes si nous utilisons un gel anesthésique. Cela permettra d’éviter qu’il ne coule. Il faudra ensuite essuyer tout excès de gel, jeter les gants, laver et sécher les mains avant de mettre de nouveaux gants stériles.

Nous placerons le récepteur contenant le cathéter sur une serviette stérile sous le pénis entre les jambes du patient. Nous ouvrirons le cathéter mais nous le laisserons dans son emballage stérile pour réduire le risque de contamination.

Nous tiendrons le pénis fermement dans notre main non dominante, en le soulevant jusqu’à ce qu’il soit presque complètement étendu. Cela facilitera le sondage. Le cathéter doit être tenu dans notre main dominante et inséré directement dans le méat urétral.

Il faudra insérer doucement le cathéter dans l’urètre et dans la vessie. Si le patient se plaint de douleur, il faudra arrêter la procédure et consulter un médecin. Si une résistance se fait sentir au niveau du sphincter externe, il faudra demander au patient de se forcer doucement comme s’il essayait d’uriner. Dans le même temps, nous devrons essayer d’insérer doucement le cathéter dans la vessie. Si une résistance est toujours ressentie ou si le patient souffre d’inconfort ou de saignement, nous devrons arrêter la procédure et consulter un médecin.

Nous devrons insérer le cathéter de 15 à 25 cm ou jusqu’à ce que nous voyions un flux d’urine. Il faudra l’insérer jusqu’à sa bifurcation avant de gonfler le ballon pour nous assurer qu’il a dégagé le lit prostatique et se trouve dans la vessie.

Lorsque l’urine coule, nous devrons gonfler doucement le ballon avec 10 ml d’eau ou de solution stérile selon les instructions du fabricant. Pour les ballons préremplis, nous retirerons le clip et serrerons doucement le réservoir d’eau stérile.

Nous nous assurerons que le gland du pénis est propre, puis nous repositionnerons le prépuce. Nous nous assurerons également que le patient est à l’aise.

Comment poser une sonde urinaire chez la femme ?

Compétences requises

La capacité d’insérer un cathéter de manière sûre et efficace sur une patiente est une compétence clinique essentielle pour l’infirmière, la sage-femme ou le médecin. Une évaluation des compétences du clinicien est nécessaire. Le praticien doit avoir assisté au programme en cours sur le sondage urinaire.

Il doit avoir achevé le module d’hygiène des mains et le module de gestion des déchets médicaux. Il doit avoir lu les directives de politique et de procédure spécifiques à l’insertion d’une sonde urinaire chez la femme. Il doit aussi connaître les principes de sécurité qui s’appliquent à l’insertion d’un cathéter urinaire chez une patiente.

Choix de la sonde

La plupart des cathéters utilisés sont en latex, mais les cathéters en silicone sont de plus en plus utilisés pour éviter l’hypersensibilité et l’anaphylaxie au latex. Les cathéters en latex peuvent être recouverts d’hydrogel en alliage d’argent, ce qui peut diminuer la colonisation et la croissance bactérienne. Ces cathéters sont utiles chez les patientes atteints d’infections récurrentes.

Le cathéter de Foley est le plus fréquemment utilisé chez les femmes qui nécessitent un cathéter vésical permanent. Il s’agit d’une sonde à double lumière, avec un cathéter à bout droit et un ballon à l’extrémité. Après insertion de la sonde dans la vessie, le ballon est gonflé de sorte que la sonde soit en position. Il est recommandé de choisir le cathéter le plus étroit et le plus doux possible afin de réduire l’inconfort et le risque d’infection. Pour les urètres étroits, des cathéters plus petits sont utilisés. Des cathéters de plus gros calibre sont indiqués chez les patients ayant un risque d’obstruction de la lumière de l’urètre.

vérification du ballonnet du cathéter urinaire
Nous injecterons tout le contenu de la seringue pour gonfler le ballon. Une solution saline n’est pas utilisée car elle peut cristalliser et provoquer un dysfonctionnement de la valve.

Déroulement de la procédure

Nous devrons expliquer la procédure à la patiente, y compris les complications possibles. La patiente sera placée en décubitus dorsal en position de lithotomie ou en position de grenouille, les jambes écartées et les pieds joints. Il faudra inspecter la région génitale pour identifier le méat urétral. L’urètre féminin est un tube fibromusculaire d’environ 3,5 à 4 cm de longueur et son méat est situé en dessous du clitoris et au-dessus de l’ouverture du vagin.

La procédure s’effectue dans des conditions stériles, ce qui comprend l’utilisation de gants stériles. Nous vérifierons la sonde, puis nous la retirerons de son emballage. Il faudra toutefois éviter la contamination des gants en se lavant soigneusement les mains.

Après avoir préparé le plateau et localisé l’urètre avec notre main non dominante, nous placerons le pouce et l’index sur les lèvres internes, avant de séparer légèrement les doigts. Après avoir identifié le méat urétral, nous nettoierons le trou avec un mouvement circulaire expansif.

Nous lubrifierons l’extrémité distale du cathéter avec de la gelée stérile. Nous tiendrons le cathéter dans la main dominante et l’insérerons doucement dans le méat. Nous avancerons lentement jusqu’à ce qu’il atteigne la vessie. Si le cathéter est accidentellement contaminé, un nouveau cathéter stérile doit être utilisé.

L’urètre féminin est relativement court. Une fois que l’urine s’écoule à travers le cathéter, nous devons continuer à avancer d’environ 3 à 5 cm pour nous assurer que la sonde est complètement entrée dans la vessie. Une résistance peut être ressentie dans le sphincter externe. Dans ce cas, il faudra demander au patient de respirer profondément et de se détendre pour faciliter le passage du cathéter à la vessie. Il ne faut jamais forcer le cathéter à travers l’urètre.

Nous fixerons le cathéter dans la partie médiale de la cuisse de la patiente avec un chiffon adhésif ou un dispositif de fixation de cathéter. Nous placerons enfin le sac de drainage dans un endroit pratique en dessous du niveau de la vessie.

Que faire après un sondage urinaire ?

S’il est nécessaire de maintenir le cathéter dans la vessie, la stérilité doit tout d’abord être maintenue à un niveau aussi élevé que possible. Par conséquent, il ne faut remplacer le cathéter que lorsqu’il est bouché et retirer dès que possible le sac d’urine du cathéter. Si le cathéter se bouche, alors il vaut mieux consulter un médecin pour un rinçage ou un remplacement.

boire de grandes quantités de liquide
Après avoir retiré le cathéter, il faut faire boire de grandes quantités de liquide à la patiente. Si elle ressent une brûlure dans l’urètre ou une hématurie, nous devons le signaler au médecin car un traitement approprié peut être nécessaire.

Quelles sont les complications possibles après un cathétérisme vésical ?

Diverses complications sont associées au cathétérisme, les plus courantes étant les infections urétrales et vésicales. C’est pourquoi la sonde urinaire doit être placée sur la période la plus courte possible. Les infections des voies urinaires sont favorisées non seulement par son introduction mais aussi par sa présence.

Bien que le risque d’infection soit faible avec un cathétérisme unique, il augmente si le cathéter reste longtemps dans l’urètre. D’autres complications du cathétérisme de la vessie comprennent les dommages sur l’urètre et sa rupture. Cela peut être causé par une mauvaise insertion ou un retrait maladroit de la sonde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *